Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 82
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0133
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
lui sert de fond , semble lui donner encore plus de
relief.

On voit au bas du tableau la multitude des reprouves,
plonges dans un abîme dévorant, désespérés et levant
en vain leurs mains suppliantes vers le séjour de gloire ,
où jamais ils ne seront admis. Cette partie de la compo-
sition a de l’importance dans la gravure ; mais elle est peu
apparente dans le tableau : on pourrait même dire qu’elle
y est àpeine aperçue ; car elle ne reçoit d’autre lumière que
les reflets de la foudre et d’un nuage enflamme. C’est le
côte faible du tableau, où l’opposition de la clarté7 céleste
avec les ténèbres inférieures est rendue très-imparfaite-
ment. Les figures des réprouvés, quoique d’une propor-
tion colossale, sont trop peu étudiées; le dessin en est
anguleux, et les masses laissent à desirer plus de ressort
et de solidité.

Au reste, dans cet ouvrage, qui n’a pas paru exciter
au Salon toute l’attention qu’il mérite , on ne peut mécon-
naître un artiste formé à l’école de M. Girodet; et peut-
être parmi les élèves de ce maître habile, M. Delorme
est-il le seul qui ait franchement suivi le goût sévère et
correct qui le distingue. Presque toutes les têtes de ce ta-
bleau, et même une partie des nus , gravés à la manière
du crayon , fourniraient d’excellens modèles aux jeunes
gens qui se destinent à l’étude du dessin : mais il faudrait
qu’ils fussent gravés sur cuivre, comme il est d’usage,
et non dessinés suivant le procédé lithographique. Cette
découverte , dont on a beaucoup trop vanté les résultats ,
quelque défectueux qu’ils aient été jusqu’à ce jour, n’a
encore réussi que pour des croquis; encore faut-il qu’ils
soient de la main d’un artiste improvisateur, si l’on peut
s’exprimer ainsi, et non crayonnés par un froid copiste.
loading ...