Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 88
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0143
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
Planche 55.e — Jésus devant Pilate ; tableau de
M. Niquevert.

[Hauteur, 12 pieds ; largeur , 10 pieds. ]

Jésus, conduit devant Pilate, n’opposa que ie silence
aux accusations de ses ennemis. Pilate, qui connaissait
son innocence, voulait le délivrer. II disait à ses persé-
cuteurs : Quel mal a-t-il fait? » Ceux-ci ne cessaient de

crier: « Qu’il soit crucifié! » Pilate, voyant qu’il ne ga-
gnait rien, et qu’au contraire une émeute était sur le
point d’éclater, se fit apporter de l’eau, et lava ses mains
devant ie peuple en disant, «Je suis innocent de la mort
de ce juste » ; et après avoir fait fouetter Jésus , il le leur
livra pour être crucifié.

Dans ce tableau, destiné pour la cathédrale de Metz ,
on voit Notre-Seigneur, qu’un soldat tient garrotté, de-
bout, dépouillé de ses habits, auxquels on a substitué,
par dérision, un manteau d’une couleur éclatante. Un
officier du tribunal, assis devant Jésus, lui lit sa sentence
de mort. On voit dans le sond Pilate se lavant Ses mains.

Ce morceau, assez largement conçu , et soigné jusque
dans les détails, n’a guère d’autre désaut, tant pour
le dessin que pour le coloris, que cette faiblesse d’exécu-
tion qui annonce un artiste dont les productions sont
encore peu nombreuses , et dont les premières études
n’ont pas été très-approfondies : mais, si M. Niquevert
est dans l’âge où les progrès sont encore possibles, nous
ne doutons pas qu’il n’obtienne un succès plus marqué à
l’exposition prochaine.
loading ...