Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 90
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0147
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 90 )

Planche 57.e — La Conversion de S. Augustin; tableau
de M. Caillot.

[Hauteur, 11 pieds 6 pouces; largeur, 10 pieds 6 pouces.]

La grâce divine avait déjà touche’ le cœur de S. Au-
gustin ; mais l’œuvre de sa conversion ne s’accomplissait
point encore, et il s’affligeait de ne pouvoir rompre la
chaîne qui le tenait attache aux vanités et aux délices du
monde, u Un jour », c’est S. Augustin lui-même qui s’ex-
prime ainsi dans ses Confessions, u un jour je me retirai
» à l’écart dans un jardin, où, me jetant sous un figuier,
» en présence d’AIypius, qui m’avait suivi, et pour qui je
» n’avais rien de secret, je me mis à gémir intérieure-
» ment. Comme je fondais en larmes, j’entendis une voix
» semblable à celle d’un enfant , qui répéta plusieurs
» sois: Prenez et Usez. Pensant que c’était Dieu qui ma-
w nifestait sa volonté, je courus chercher le livre des
» Epitres de S. Paid, que j’avais laissé au lieu où Alypius
» était assis. Je l’ouvris, et d’abord je tombai sur un
» passage qui me parut un avertissement du ciel; une
» lumière divine pénétra jusqu’au fond de mon cœur,
» toutes mes perplexités se dissipèrent en un instant, et
» je me trouvai dans une admirable tranquillité. Alypius
» me demanda ce que j’avais lu : je le lui montrai ; et lui,
» s’appliquant les paroles suivantes , Recevez celui qui
» est insirme en la foi, il me pria de le recevoir pour mon
» compagnon dans cette nouvelle vie.»

Cette explication nous a paru indispensable pour faire
mieux sentir les motifs qui ont inspiré l’artiste ; aussi
a-t-il mis dans sa composition tout ce qui pouvait servir
loading ...