Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 96
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0157
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 96 )

que devait inspirer le sujet. L’une des Danaïdes verse une
eau noirâtre dans ïe tonneau fatal. Une autre, celle du
milieu, soutient une urne d’airain : son œil est fixe, sa
bouche entr'ouverte. La troisième, qui porte une urne
semblable, se détourne et jette derrière elle un regard
assez insignifiant. Le dessin des nus est large et coulant,
mais il est sec. Le modèle' manque d’inssexions ; le coloris,
de variété. Enfin cette scène, qui devrait être terrible,
n’ofsre rien d’insernal qu’un fond d’une teinte de feu,
couchée à plat et parsemée de quelques touches d’un
ton cru, qui sont là pour figurer des jets de ssammes.

M. Mauzaisse n’a pas été plus heureux dans son ta-
bleau de Prométhce, qui paraît être le pendant des Da-
naïdes. Cette espèce d’étude académique offre une ex-
trême sécheresse de contours, un coloris de convention ,
des raccourcis qui ne fuient pas, et sur-tout une nullité
absolue d’expression. Cependant on y reconnaît une
grande habileté de main, mais d’une main de fer; et
l’on pourrait dire que les idées qui sont sorties de la
tête de l’artiste, ont gagné l’extrémité des doigts sans
passer par le cœur.

Nous ne voulons pas parler d’un troisième tableau de
même dimension , dont le sujet est un Tantale. C’est en-
core une figure académique, et, sous le rapport de l’in-
vention , du coloris, du dessin et du caractère, elle rap-
pelle les productions les plus strapassées du temps des
Boucher et des Lemoyne.

Ces trois tableaux sont destinés pour des dessus de
porte au château de Versailles.
loading ...