Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 102
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0165
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 102 )

Planche 64.e— Tobie donnant la sépulture à un Mort;
tableau de M. Serrur.

[Hauteur, 10 pieds 6 pouces; largeur, 8 pieds 6 pouces.]

Plusieurs Israélites ayant été mis à mort par les ordres
du roi des Assyriens, Tobie prit soin d’ensevelir leurs
corps, maigre le danger auqueî il s’exposait. Un jour son
fds vint lui dire qu’un Israélite avait été tue, et que son
corps était étendu dans la rue. Tobie se leva aussitôt de
table, courut enlever ie corps, et ïe porta secrètement
dans sa maison, afin de l’ensevelir plus sûrement après
le coucher du soleil. Dès que la nuit parut, il alla, ac-
compagne de son sils, donner la sépulture à l’Israélite,
malgré les instances de ses proches et de ses amis, qui
l’accusaient d’imprudence.

On voit, dans le tableau dont nous donnons ici la gra-
vure , Tobie, aidé de son fds, portant le corps de l’Israé-
lite : ils le déposent dans la fosse qu’ils ont creusée, près
d’un groupe de palmiers. Le chien de Tobie a suivi son
maître.

Si l’auteur de cette composition avait choisi un autre
sujet que celui-ci, c’est-à-dire , un sujet qui lui eut per-
mis d’employer la lumière du jour, il aurait eu une meil-
leure occasion de mettre en évidence le goût de dessin,
le bon choix des caractères et le style d’ajustement qui
en font le mérite , mais qu’il faut chercher long - temps
dans l’obscurité ou plutôt sous cette atmosphère bleuâtre
que ressète l’astre de la nuit. Le ton en est même telle-
ment exagéré, qu’on prendrait immanquablement le ta-
bleau pour une peinture en camaïeu, s’il n’y avait pas
loading ...