Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 110
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0177
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 110 )

Planche 68.® — Lycurgue ; tableau de M. Bordier.

[ Hauteur, 3 pieds 7 pouces ; largeur, 4 pieds 5 pouces.]

Lycurgue, force' de s’éloigner de Sparte, s’était retiré
dans Pile de Crète. Là, toujours occupé des moyens
d’étre utiie à sa patrie, il recueillit des lois dictées par la
sagesse. Des députés lacédémoniens étant venus pour le
prier de revenir à Sparte, il leur remit le fruit précieux
de ses travaux.

M. Bordier entend bien la composition d’un tableau;
le dessin de ses figures et le style de ses draperies an-
noncent un talent formé dans une bonne école, et sa
touche a du nerf : mais, accoutumé à traiter de grands
ouvrages, il n’a pas mis dans celui-ci, dont les dimen-
sions sont peu considérables , cette délicatesse de teintes,
cette légéreté de pinceau, qu’on aime à retrouver dans
les tableaux de cabinet, et qui souvent constituent leur
principal mérite aux yeux des amateurs. Nous avons eu
occasion de citer précédemment quelques productions
de M. Bordier; entre autres, la Mort d'Hippolyte, qu’iï
exposa au salon de 1810, et dont nous avons donné ?
dans le temps, la gravure au trait.

Le tableau de Lycurgue a été commandé par le mi-
nistère de la maison du Roi, pour le cabinet de Sa Ma-
jesté à Versailles.
loading ...