Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1819

Seite: 114
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_1/0183
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
0.5
1 cm
facsimile
( 114 )

Planche 70.e—La Nouvelle de la Victoire de Marathon $
tableau de M. Couder.

[Hauteur, 4 pieds 6 pouces; largeur, 5 pieds 6 pouces.]

Cet excellent tableau, que les amateurs instruits et
les artistes sans prévention ont remarque avec un interet
particulier, ne semble pas avoir fixe’ d’une manière aussi
generale l’attention de cette partie du public que la
simple curiosité amène aux expositions du Louvre. L’ac-
tion en est animée, mais elle n’a rien d’exagéré; la com-
position en est riche, mais elle est sage; les caractères
sont vrais, mais leur expression est simple et ne dé-
passe point les limites tracées par le goût. L’artiste n’a
donc pu compter sur ce succès brillant, effet d’un en-
thousiasme passager, qu’obtiennent assez souvent des
productions médiocres, préconisées d’avance par des
amis plus zélés que judicieux. Ajoutons que l’ouvrage
n’a paru au salon que peu de temps avant la clôture,
lorsque le public, las de tableaux et de statues, n’y va
plus guère que par habitude ou par désœuvrement.

La figure du soldat de Marathon est fort belle, d’un
bon goût de dessin, parfaitement modelée, et sur-tout
profondément sentie. Les autres se soutiennent près de
celle-ci par cette unité de style qui règne dans toutes les
parties de la composition. Les têtes et les mains sont tou-
chées avec ce naturel et cette énergie qui caractérisent
un talent d’inspiration. Il paraît que M. Couder n’a
cherché à former le sien sur la manière d’aucun maître ;
mais son goût le porte, selon toute apparence, vers les
ouvrages de le Sueur et ceux du Dominiquin.
loading ...