Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 18
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0021
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Planche 5.e— Ab ai lard et Héloïse; tableaux de
M. Robert-Lefévre.

[Hauteur, 6 pieds ; largeur , 4 pieds. ]

Les amours et les infortunes d’Héloïse et d’Abailard
offriront toujours aux âmes sensibles un interet tendre
et douloureux ; aux artistes doues d’une imagination vive s
le sujet d’une peinture noble et touchante.

Au lieu de choisir un moment où il eut pu les repré-
senter dans un même cadre, M. Robert-Lefévre a com-
pose deux tableaux , où les deux amans se trouvent places
comme en regard. Héloïse, seule dans sa cellule, les yeux
remplis de larmes et élevés vers le ciel, tient dans ses
mains une lettre de son époux : l’expression de ses traits
ossre un mélange de piété, de douleur et d’amour. Abai-
lard est beaucoup moins résigné; peut-être ne le paraît-
il point assez, et semble-t-il regretter avec trop d’amer-
tume la séparation que lui impose la voix austère de la
religion. Ces deux morceaux, peints largement, et d’un
coloris fort et harmonieux, ne peuvent qu’ajouter à la
réputation d’un artiste qui doit principalement ses succès
au genre du portrait, dans lequel il a trouvé peu de
concurrens. M. Robert-Lefévre a exposé au salon de cette
année plusieurs ouvrages de ce genre; entre autres, le
portrait de Sa Majesté Louis XVÏII assis; les portraits
en pied de M. le marquis de l’Escure, général en chef des
Vendéens en 1793, tableau commandé par le ministère
de la maison du Roi; de M.n?c la comtesse d’Osmond, et de
M. de Sommariva, chef d’escadron dans la garde royale.
loading ...