Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 21
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0028
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Planche 9.c—François I.n reçu chevalier; tablea,u cle
M. Fragonard.

[Hauteur, 12 pieds; largeur, 16 pieds.]

Au moment d’étre reçu chevalier par Bayard, Fran-
çois I.er jure sur l’Evangile de servir Dieu, l’honneur et
les dames. Les bannières de ses generaux entourent
haute!.

Ce tableau est une des premières productions en pein-
ture d’un artiste qui, dès sa jeunesse, a fait preuve d’une
étonnante facilité., M. Fragonard a compose' une multi-
tude de dessins de toute espèce, depuis les croquis les plus
ïe'gers jusqu’aux morceaux les plus sinis : il s’est même
assez sérieusement occupé de la sculpture ; c’est lui qui a
modelé le sronton qui couronne le portique delà Chambre
des Députés. Heureux s’il eut appliqué à un seul art îes
moyens précieux qu’il a trop disséminés!

Le tableau de François I.er reçu chevalier par Bayard
n’est guère que la copie délayée, si l’on peut s’exprimer
ainsi, d’une esquisse touchée avec esprit, mais trop peu
soignée; ou plutôt ce serait cette même esquisse vue au
microscope : mêmes négligences, mêmes incorrections ;
tout y semble fait de pratique, et sans le secours de la
nature. La figure principale manque de dignité, et n’olfre
pas les traits si bien connus du restaurateur des lettres
et des arts. On se demande où est la jambe droite du page
qui est à genoux sur le premier plan , et pourquoi la sigure
du guerrier qui tient une bannière dans le coin à droite,
est si désagréablement coupée par la bordure.
loading ...