Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 23
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0032
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Planche 11.c — Christophe Colomb; tableau de
M. Vigneron.

[Hauteur, 5 pieds; largeur, 4 pieds.]

Christophe Colomb, desservi par ses envieux auprès
de Ferdinand et d’Isabelle , avait ete ramené en Espagne
les fers aux pieds et aux mains : il fut, pendant quatre ans,
prive de sa liberté; mais enfin il parvint à se justifier, et
reçut l’ordre d’entreprendre son troisième voyage dans
le nouveau monde. L’artiste a représenté Christophe
Colomb au moment où , prenant congé du Proi et de
la Reine, il leur montre la marque des fers dont il avait
été chargé injustement.

Ce tableau, que nous présumons être le premier qu’ait
exposé M. Vigneron, est sagement composé, d’un coloris
vrai et solide, et d’un pinceau soigné, qui sans doute ac-
querra dans la suite un peu plus de légéreté. Le corps
de Ferdinand paraît mince et guindé; les deux autres
figures sont plus heureusement posées et d’un dessin
plus correct. Les têtes ont le caractère convenable. Le
fond est d’un ton lourd, et il est surchargé d’accessoires
inutiles qui blessent la vue.
loading ...