Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 25
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0036
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 25 )

Planche 13.c et 14.e — Le Tasse couronné ; tableau de
M. Ducis.

[Hauteur, 4 piects ; largeur, 3 pieds.]

On a pu croire que M. Ducis et M. Menjaud avaient
peint en concurrence ïe couronnement du Tasse : les
■deux tableaux ont les mêmes proportions, et se sont
trouves presque en regard à l'exposition (1).

La disposition du tableau de M. Ducis, où l’on trouve,
sous certains rapports, plus d’abondance, des groupes
plus serres , plus animés, et cette espèce de luxe qui dis-
tingue les scènes d’apparat, mais qui n’est pas toujours
exempte de confusion, a pu plaire à une certaine classe
d’amateurs; mais, sans vouloir établir ici aucune com-
paraison entre deux artistes estimables, nous ne pouvons
nous dissimuler qu’on eut préféré généralement une
ordonnance plus simple, conçue avec cette sévérité qui
n’exclut ni le goût ni l’élégance , et dont les masses bien
nettes , bien distinctes, eussent imprimé à la composition
le caractère triste et silencieux que réclamait la gravité
du sujet. Au surplus, quel que soit le mérite respectif des
deux ouvrages pour le mouvement de la scène, c’est seu-
lement sous le rapport de l’exécution que nous allons
jeter un coup-d’œil sur le tableau de M. Ducis.

Ce grand candélabre, chargé de couronnes et d’écus-
sons, qui est placé en avant au milieu du tableau, le
coupe d’une manière d’autant plus désagréable, qu’il le
divise en deux portions égales, et ne cesse d’olfusquer

(1) Voyez îa pi. 7.e et 8.c de ce volume, pag, 20,
2. Salon de 1819.

4
loading ...