Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 52
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0079
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
(52)

ou de ce qu’on appelle improprement VEcole de Lyon;
si M. Genod, disons-nous, a résolu de se borner aux
scènes familières, en modérant son ambition, iî assurera
ses succès ; et s’il vient apporter îui-même à Paris, aux
époques du salon, le résultat de ses travaux, nous ne pou-
vons trop lui recommander de profiter de son séjour dans
la capitale pour étudier les chefs-d’œuvre de Gérard
Dow,de Miéris etdeMetzu, ainsique de plusieurs autres
peintres recommandables par la vigueur du coloris et la
finesse du pinceau. M. Genod, dont les essais sont d’un
heureux augure et méritent les encouragemens dont ils
ont été honorés, verra qu’il lui reste encore beaucoup à
faire pour pouvoir suivre, meme d’assez loin , les traces
des artistes célèbres que nous venons de citer.
loading ...