Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 57
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0088
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Planche 37.e et 38.e-—Henriette de France, femme
de Charles ï.er, Roi d’Angleterre; tableau de
MJU Mauduit.

[Hauteur, 4 pieds 10pouces; largeur, 6 pieds.]

Henriette-Marie de France était douée de toutes les
grâces extérieures, et son caractère ressemblait beaucoup
à celui de Henri IV son père. Son cœur était noble, ferme,
tendre, compatissant; son esprit, vis, doux et agréable.
Elle n’avait pas encore seize ans lorsqu’elle épousa, en
1625, Charles I.cr, roi d’Angleterre. Les premières an-
nées de son mariage furent très-heureuses ; mais sa pros-
périté fut interrompue par les troubles de l’Ecosse et par
la révolte des Anglais mêmes contre son epoux. On rejeta
sur elle le penchant qu’on attribuait à Charles I.cr pour
la religion catholique, et l’on se déchaîna contre elle
avec sureur; mais elle ne répondit à ces outrages que
par des bienfaits. Enfin, se voyant l’objet particulier de
la haine des parlementaires, et sa sûreté étant menacée
par l’approche de l’armée révoltée , cetlfe malheureuse
princesse entreprit de passer secrètement en France.
Elle se déroba aux recherches des soldats qui en voulaient
à sa vie, et il lui fallut, pour regagner sa terre natale,
se confier à une mer orageuse, qui ne la mit pas à l’abri
de ses ennemis. Poursuivie à coups de canon jusque sur
les côtes de Bretagne, ce fut en montant dans une cha-
loupe et en traversant des rochers, qu’elle échappa à leur
fureur et aborda dans sa patrie, en 1644. Des paysans
ayant reconnu la fille d'un roi qu’ils avaient tant aimé,
tombèrent à ses pieds, et lui oilxirent leurs chaumières.

2. Salon de 1819. 8
loading ...