Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 60
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0091
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 60 )

Planche 39.e — Cendrillon essayant la pantoufle de
verre ; tableau de M. Laurent.

[Hauteur, 1 pied 8 pouces; largeur, 1 pied 5 pouces.]

Cendrillon ayant mis sans peine la pantousse de verre
que ses sœurs n’ont pu qu’essayer, est reconnue par le
prince pour celle qu’il cherche avec tant d’empressement.
Une joie douce et modeste se peint sur la physionomie de
Cendrillon : les traits des deux sœurs expriment le clepit
et la jalousie. Les costumes de ce petit tableau sont fort
essegans.

L’auteur de cette composition a depuis plusieurs an-
nées renonce' à la miniature pour s’occuper de la pein-
ture à l’huile, et n’a pas eu lieu de regretter ce change-
ment de destination. M. Laurent sait choisir des sujets
agréables, et les traiter, sinon avec toute la correction
de dessin, toute la force d’expression et de coloris dont
ils seraient susceptibles, du moins avec un certain goût
et une certaine grâce assez rares parmi les peintres
qui mettent beaucoup d’importance au fini et à la déli-
catesse du pinceau. Les teintes que M. Laurent asfec-
tionne et emploie de preference pour ses draperies, sont
vives et gaies, mais en general un peu crues. Cette con-
formité de nuances se retrouve dans presque tous ses
tableaux , et les fait reconnaître d’aussi loin qu’on les
aperçoit. Cet inconvénient n’existerait pas , si les cou-
leurs étaient rompues et mises en harmonie par des
teintes interme'diaires.
loading ...