Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 63
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0098
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Planche 42.'—-François I.er et Diane de Poitiers ;
tableau de M.lu Lescot.

[Hauteur, 6 pieds 8 pouces ; largeur, 3 pieds 6 pouces.]

François I.cr accordant à Diane de Poitiers la grâce
de Saint-Vallier , son père, qui avait été condamne à
mort, a fourni ie sujet de deux tableaux au salon de
1817 (1). Nous en avons fait graver un à cette époque;
et pour ne pas répéter ici l’anecdote qui y a donne lieu ,
nous nous bornerons à un court examen de celui dont il
est question dans cet article.

Lorsque nous avons fait, dans plus d’une occasion,
I’eIoge du goût avec lequel M.11' Lescot a coutume de
traiter les compositions du genre familier, sur lesquelles
sa réputation est fondée, nous n’avons pas entendu placer
sur la même ligne les compositions d’un style plus aus-
tère ou d’une plus grande dimension, qui lui sont beau-
coup moins habituelles. Quoique les figures du tableau
de François I.er et Diane de Poitiers soient un peu
petites pour le cadre où elles sont placées, elles sont
néanmoins beaucoup trop grandes pour le pinceau de
l’artiste, dont la touche, par-tout ailleurs serrée, vive et
spirituelle , paraît ici délayée, froide et languissante. Nous
pensons que ce n’est pas la faute du peintre, dont le talent
ne peut être mis en doute, mais celle des proportions
quelle a adoptées, et dont l’emploi exige une pratique de
pinceau plus sérieuse et plus approfondie que celle dont
elle a fait jusqu’ici l’objet de ses etudes. C’est donc aux

(t) Voyez Salon de 1817, pî. 32 , pag. 50.
loading ...