Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 73
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0115
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
( 73 )

Planche 49.e — Un Capucin exhortant un condamné;
tableau de M.lle Lescot.

[ Hauteur, 2 pieds; largeur, 2 pieds 6 pouces.]

Un criminel condamné à mort, et tenant dans ses
mains un crucifix, reçoit les derniers secours de la reli-
gion. La scène se passe dans une prison de Rome. On
aperçoit dans le fond, sur le seuil de la porte, une con-
frérie de pénitens, qui, selon l’usage, attend le moment
du départ pour accompagner le condamné au lieu de son
supplice.

Ce tableau, dont les figures sont encore un peu trop
grandes pour le pinceau spirituel mais peu rendu de
M.lle Lescot, a néanmoins été remarqué pour la fermeté
de la touche et la vigueur du coloris. Nous l’avons dit
déjà , cette artiste fera bien de se renfermer dans les
sujets légers et gracieux; ceux qui réclament un trait
austère et prononcé, lui conviennent beaucoup moins. La
physionomie du capucin qui exhorte le condamné a peu
d’onction ; et le regard du misérable qui va recevoir le
châtiment de son crime, au lieu d’annoncer le repentir
et la résignation, décèle évidemment la fourberie, l'hy-
pocrisie, l’intention de commettre encore quelque mau-
vaise action, et de tromper, s’il lui était possible, le reli-
gieux même qui l’assiste dans ses derniers momens. Ce
tableau est bien disposé ; mais l’expression en est manquée.

2. Salon de 18/9.

10
loading ...