Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 75
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0118
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
(/JJ

plus affreuse détresse, il traversa une partie de l’Italie
pour se rendre au lieu de sa naissance. II y trouva une
sœur dont ii reçut quelques secours.

Enfin le sort parut se lasser de persécuter ce grand
homme : Elément VIII se chargea d’expier les outrages
dont Pavaient accable" ses ennemis; il voulut que le Tasse
fut proclame"au Capitolele plus grand des poètes. «Venez,
» lui écrivait-il affectueusement, honorer la couronne de
» laurier, qui a jusqu’ici honore ceux qui Pont portée. »
Le Tasse fut reçu à un mille de Rome par les deux cardi-
naux Aldobrahdini, neveux du pape, et par un grand
nombre de prélats et de personnes de toute condition.
Le couronnement devait se faire au Capitole ; les deux
cardinaux* qui aimaient et admiraient le Tasse, s’étaient
chargés de l’appareil de cette solennité : niais l’inflexible
destinée refusa au Tasse ce dédommagement de ses
maux, et, la veille même du jour fixé pour son couron-
nement, le 15 avril 1595, il mourut âgé de cinquante-
un ans.

Ce petit tableau, fort bien composé, d’un coloris et
d’un esset vigoureux, est beaucoup plus soigné que ne l’est
ordinairement une esquisse ; mais ii n’a pas le degré de
fini qu’un grand nombre d’amateurs veulent trouver dans
les tableaux de chevalet. L’absence de ce genre de mé-.
rite, très-secondaire pour les sujets qui ont de l’intérêt?
n’est pas toujours un titre de défaveur. Le tableau de
M. Pérignon offre une singularité qui ne déplaît pas
aux connaisseurs; on pourrait le prendre, au premier
aspect, pour quelque production ancienne d’une école
étrangère.
loading ...