Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 81
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0127
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Celui dont nous donnons ici la gravure offre une vue
très-fidèle du château de Fontainebleau, du côte des
jardins, et le lieu même où se passa sa scène qui y est
représentée. La perspective des bâtimens est bien rendue.
Pour faire mieux ressortir les devants du tableau, l’ar-
tiste a cru devoir atténuer le ton des plans éloignés ; mais
la vapeur blanchâtre qu’il y a répandue en affaiblit l’effet
et le relief. Si M. Duperreux eut étudié son point de vue
à l’aide delà chambre obscure, ou s’il eut consulté seu-
lement quelques tableaux de Vander Heyden, ou autres
peintres de ce genre, il se serait assuré que les plans
meme les plus éloignés peuvent sans inconvénient être
frappés de la lumière la plus franche et la plus vive. Son
tableau de Henri IV et Sully, considéré sous le rapport
de l’effet et du coloris, semble se composer de deux par-
ties distinctes et qui n’ont entre elles que sort peu de
liaison , les devants et les lointains. C’est à peu près tout
ce qu’on trouve à reprendre dans ce morceau, l’un des
meilleurs de tous ceux qui ont été commandés pour la
nouvelle galerie de Diane,

2. Salon de 1819,

11
loading ...