Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 95
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0153
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
Planche 65.e — L’Innocence; statue en marbre par
M. Lemire.

Figure de 4 pieds 5 pouces de proportion.

Une jeune fille debout, dans une attitude pleine de
simplicité et de naturel , tient dans ses bras un petit
agneau. Elle est vêtue d’une tunique qui la couvre entiè-
rement, à l’exception des bras et des épaules. A ses pieds
est une corbeille remplie de fleurs.

Cette statue, comme toutes celles qui sortent du ciseau
de M. Lemire, est d’une grande naïveté de formes et
d’expression : elle sigurerait agréablement près de celle de
l’Amour préparant son arc, que le même artiste exposa,
il }r a quelques années , avec un grand succès. Cette
dernière semblait même plus étudiée que la statue de
l’Innocence. Ici la draperie est peu consorme au goût
de l’antique, qui est le goût par excellence, et dont les
statuaires ne devraient jamais s’écarter.
loading ...