Musée et l'Ecole Moderne des Beaux-Arts <Paris>   [Hrsg.]
Annales du Musée et de l'Ecole Moderne des Beaux-Arts / Salon: Salon de 1819 — 1820

Seite: 96
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/amemba_salon1819_2/0154
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
f 95 )

Planche 66.c — Harpocrate, Dieu du silence; statue en
marbre par M. Fortin.

Figure de 4 pieds 6 pouces de proportion.

Harpocrate, fils d’isis et d’Osiris, est distingue’ des
autres dieux de i’Egypte par un symbole qui lui est par-
ticulier : le doigt qu’il tient pose’ sur la bouche le désigne
comme le dieu du silence. On le prenait aussi pour le
soleil; et la corne d’abondance avec laquelle on le repré-
sente quelquefois, fait entendre que cet astre produit
l’abondance des sruits, et par-là donne ia vie à tous les
animaux. Les anciens avaient souvent sur leurs cachets
une figure d’Harpocrate, pour apprendre qu’on doit
garder le secret des lettres.

Cette statue n’a peut-être aucun défaut bien sensible ;
mais elle ne présente pas non plus assez de parties
remarquables pour sortir de la classe des productions
ordinaires de la sculpture. Ce qu’on y trouve de mieux
est le travail du marbre , mérite dont le praticien (1)
réclamerait peut-être une bonne part. Quant au carac-
tère des formes et à l’exécution des détails , le senti-
ment de la nature s’y fait trop peu sentir. M. Fortin a
produit, aux expositions précédentes, des ouvrages plus
étudiés que celui-ci.

(1) On appelle praticien l'artiste qui dégrossit ou ébauche Ta
statue d’après le modèle en plâtre, et i’avance plus ou moins;
sauteur du modèle, le statuaire, y donne ensuite les derniers
coups.
loading ...