D'Ancora, Gaetano  
Guide Du Voyageur Pour Les Antiquités, Et Curiosités Naturelles De Pouzol Et Des Environs — Neapel, 1792 [Cicognara Nr. 4314]

Seite: 90
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/ancora1792/0132
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
jèbre par la sûreté de fon port, la falubrité de
Y air , qu'on y refpiroit , (2) T abondance des

eaux

d'Ulyffe et il prétend qu'il fut enterré à Baies. Sui-
vant Martorelii le mot Baies vient du Phénicien n»J*3

Boje , ubi Deus, à caufe des oracles que les prêtres
Cimmériens y rendoient et qui fuivant Strabon /. c.
vivoient de ce métier. Mais cela parait convenir plu-
tôt aux lieux voifins de l'Averne . Ifidore croit L. 14
c- 8 qu1 elle fut nommée ainfi a bajulandis merçlhus.
D' autres enfin font venir ce nom de V Allemand
Baayen qui déiigne fréquenter les bains chauds .

(2) Un feul paffage de Cicéron , L. g Fam. Ep.
12 efl: contraire au çonfentemenc unanime des an-
ciens rélativement à la falubrité du climat de Baies,
et à la preuve de fait que les plus illultres person-
nages y paffoient une partie de V année . Le même
Auteur Orat. pro Ciel. c. 27 donne par antonoma-
fe le nom de Baies à des lieux délicieux et agréa-
bles ; ce qui paroit fe contredire avec en qu1 il dit
dans le paffage que nous venons de citer : Gratulor
Baiis no/iris , fiquidem , ut feribis , falubres repente
fadΣ funt. Mais ce qu' il ajoute, nifi forte te .amant
& t'ibï ajfentantur , O tam diu dum ades funt oblitet
fui, et ce qu' il dit ailleurs L. 13 ad Attic. Ëp,$2.
Bafil. 1687 que quelqu' un qui alloit là pour jouir de la
campagne faifoit à l'envi féjour entre Pouzol et Baies;

nous pouvons en conclurre , que le l'ejour de Baie*

n' étoit
loading ...