André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 10
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0028
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0028
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
10 E S S A I

qui fait, comme il lui plaît, le par-

tage des talens.

Toute la question se féduit donc
ici au beau qui est du ressort de ces
deux sens privilégiés; c’est-à dire, au
beau vis ble ou optique, &c au beau
acoustique ou musical. Au beau visi-
ble , dont l’œil est Ie juge naturel »
& au beau acoussique, dont l’oreille
est l’arbitre née : l’un &c l’autre éta-
blis par un ordre souverain , pour
en décider chacun dans son distriâ ,
mais en tribunaux subalternes sui-
vant certaines loix , qui, leur étant
antérieures &C supérieures , doivent
difter tous leurs arrêts.

Celles que l’oreille doit suivre dans
lessiens, sont d’une théorie trop fine
& trop délicate pour me résoudre
à commencer par elles. Ainsi, pour
plus grande facilité, je me borne dans
ce premier Discours au beau sensible;
loading ...