André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 19
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0037
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0037
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R z E B E A V. 19
gustin dans son Livre de la vérita-
ble Religion. D’oii il a conclu dans.
Tin autre Ouvrage ce grand principe,
quin’est pas moins évident : sçavoir,
que c’est l’unité qui constitue , pour
ainsi dire, la forme & l’essence du
beau en tout genre de beauté».
Omnis porrb pulchrituàinis forma nni-
tas eji. *

J’adopte le prïncipe dans toute
son étenduë. Mais il n’est encore
question que de l’appliquer au beau
visible ou optique. On vient de voir
qu’il y en a un qui est essenîiel,
nécessaire , & indépendant de toute:
institution : un beau géométrique,,
si j’ose ainsi m’exprimer. C’est ce-
lui dont l’idée , comme parle encore
saint Augustin, forme Yart du Créa-
teur; cet art suprême, qui lui fournit
tous les modéles des merveilles de

*■ S.-Aug, Epljl. iS; Edit. pp. BB.
loading ...