André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 27
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0045
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0045
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
SÊ/iî L E B E A V. ZJ
naturellement , chacune dans la
pîace qne l’Auteur de la nature leur
a marquée dans Ie monde ; le bleu
dans le ciel, Ie verd sur la terre,
les trois autres couleurs dans les
divers objets, qu’elles ont ordre de
revêtir pour parer nos jardins & nos
campagnes. II me suffit enfin , que
chacune en particulier soit d’autant
plus belle , qu’elle est plus pure ,
plus homogène , plus uniforme ; en
un mot, d’autant plus belle, qu’on y
découvre une image plus sensible de
l’unité. C’est toujours le principe.

II faut pourtant l’avouer : quelque
brillante que soit une couleur, elle
nous rassasieroit bientôt, si nous n’en
avions qu’une seule considérer
dans Ie monde. L’Auteur de la na-
ture , en cela comme en toute autre
chose , a eu soin de prévenir nos
dégouts. II y a très-peu de couleurs

Cij
loading ...