André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 48
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0066
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0066
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
48 E s s À ï

sçavans que moi sur l’article. Corri-
bien de laideurs travesties en beautés
par cette maniere de raisonner st
çommune parmi les homines ; de-
là combien de petiples ont trouvé
de la grace dans plusieurs défauts
visibles ? C’est ainsi qu’un frontétroit,.
un nez court, de petits yeux, de
grosses lévres sont devenues des
beautés nationales, D’abord on ne
les avoit trouvé que supportables,
& seulement dans certaines per-
sonnes en faveur de quelque heu-
reuse compensation. A force de les
voir, ils ont passe peu à peu pour
excusables, puis pour louables, &C
enfin, de dégrés en dégrés,pour des
agrémens nécessaires à la beauté
du pays. Je dois encore au prince
de la véritable Philosophie , à Saint
Augustin , * la premiere idée de cette

* S. Aiig. de Mus. lib. 6. c. 14.

analyse
loading ...