André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 55
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0073
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0073
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B E A 17. 55

sans doute le beau dans les mœurs»
C’ell: le plus riche ornement dont oix
puisse parer la beauté du corps. II
en releve les graces ; il en couvre
les défauts ; il en peut réparer les
breches ; il en peut même remplacer
la perte ou la privation totale. Un
Socrate parmi les Grecs , un Cla-
ranus parmi les Romains , un Pe-
lisson parmi nous , que les disgraces
de Ia nature n’empêcherent point
d’être les délices de leur siecle , en
sont d’illustres témoins. Le beau
dans les mœurs est, à proprement
parler, le seul vrai mérite de l’hom-
me, puisque c’est celui du cœur, le
seul mérite qui soit de son choix, Ie
seul qui soit à lui véritablement, &
dont on puisse dire qu’il est en queU
que sorte l’auteur. Enfin , c’est une
beauté que l’âge ne ride pas , que
les maladies ne peuvent ternir, &

Eiv;
loading ...