André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 56
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0074
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0074
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
56 E s s a i

que nuî accident ne peutnous ravlr
malgré nous. Puis-je , Melîleurs ,
vous alléguer des conlidérations plus
puiilantes pour obtenir une atten-
tion favorable à l’examen que j’en
vais faire ? Je commence par les
notions les plus communes.

Tout homme raisonnable con-
vient sans peine que le beaudans Ies
mœurs , dans les sentimens , dans
les manieres , dans les procédés ,
suppose une loi qui en efl: la regle ;
que cette regle du Beau dans les
mœurs est un certain ordre qui se
trouve entrelesobjets de nos idées,
selonqu’ils renfermentplusou moins
de perfeclion ; que cet ordre des
objets nous donne dans les divers
dégrés de perfeftion qui les distin-
guent, la mesure naturelle de l’estime
&c de l’amour , des sentimens du
gççur & des égards çffe&ifs que nous
loading ...