André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 57
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0075
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0075
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B E A V. 57
devons avoir pour eux. En un mot,
que i’idée d’ordre entre nécessai-
rement dans la notion du beau
moral.

II n’y a rien là sans doute qu’on ne
saisisse du premier coup d’œil. Je
veux dire , encore une fois , qu’il
est évident que dans le moral com-
me dans Ie physique , c’efi: l’ordre
qui est toujours ie fondement du
beau. Je ne connois dans l’Univers
qu’une espece d’nommes qui en puis-
sent douter : ceux qui n’ayant point
demœurs, voudroient ausii qu’iln’y
eut point de morale. Maispour faire
voir qu’ils se font eux-mêmes plus
aveugles qu’ils ne peuvent l’être ,
nousn’avons qu’à déveiopper notre
principe en éclaircissant dabord
l’idée de l’ordre. Après quoi nous
n’aurons plus qu’à nous abandonner
au fil des conséquçnces pour dé-
loading ...