André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 61
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0079
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0079
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
svrleBeau. 61
pas même tort d’insister si long-tems
sur une vérité qui se démontre par
la seule intelligence des termes ?

Or de - là je conclus en trois mots
toutes les régles générales du beau
dans les mœurs : que I’Etre suprême
doit donc avoir le rang suprême dans
notre estime , dans notre amour ,
dans notre attachement ; que nous
devons toujours donner à l’esprit
Ie premier pas sur le corps ; & que
si ces deux êtres , malgré Ia distance
infinie qui les sépare, se trouve réwais
ensemble pour composer un mêrne
tout, il faut que le corps soit soumis
à l’esprit, comme à son supérieur
naturel ; ou, si l’on veut bien me per-
mettre cette exprestion , il faut que
l’esprit se considere dans le corps ,
comrne le Gouverneur d’ime place , (
dont il doit répondre à tous les ins-
tans du jour &dela nuit, au Sou-
loading ...