André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 62
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0080
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0080
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E s s a i

verain qui la lui a consiée. Voiià
l’ordre primitif, que les sens ne con-
noissent pas , rnais que la raison ne
peut ignorer. Ordre eflentiellement
juste , puisqu’il établit chaque être
dans son rang essentiel : ordre par
conséquent éternel, absolu, immua-
ble ; nous ne craignons point d’ajou-
ter, indépendant de toute institution
même divine ; & en cela bien loin
de manquer au souverain respecl que
nous devons à l’Etre Souverain ,
nous lui en rendons au contraire le
plus signalé témoignage , puisqu’il
est visible que nous ne pouvons Iui
conserver son rang &c ses droits , sans
maintenir l’ordre qui les lui donne
dans la possestion de son indépen-
dance ôc de son immutabilité absoluë.

Ainsi manifestement nous avons

. ' '' ' ‘ '

dans la morale un point fixe où il
saut tout rapporîer, l’ordre essentiel
loading ...