André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 68
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0086
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0086
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
E s sâ i

Ia terre ferme, pendant que les
autres vont par colonies peupler
les isses de la Mer.

Oui ! Voilà les hommes bien
séparés , mais ils ne sont pas désu-
nis. Un sentiment secret mprimé
dans leurame par Ies mains mêmes
de ia nature , les rapproche tous
malgré la distance des lieux. L’his-
toire de notre premiere origine s’est
perdue dans la mémoire de la plû -
part des peuples ; mais la tradition
s’en est conservée dans les coeurs.
Nous la trouvons parmi les Barbares,
comme parmi les nations policées :
& quand nous allons chez eux, ou
qu’ils viennent chez nous , nous
sentons profondément, sur-tout dans
nos besoins ou dans les leurs, que
nous ne pouvons nous empêcher
de les reconnoître pour nos freres.
Çe n’çst pas une lecon que uqüs
loading ...