André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 73
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0091
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0091
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
svrleBeau.

Bomrae en particulier , a été en
eiFet solemnellement reconnu dans
une aiTemblée fameuse , que nous
pouvons considérer comme les Etats
généraux de la nature humaine.

Saint Augustin rapporte, sur la foi
de l’histoire , que la premiere fois
qu’on entendit à Rome prononcer sur
la scêne ce beau vers de Terence :
Homo sum : humani nihil à me alienum
puto : » Je suis homme : & je ne puis
» regarder ni la personne d’un autre
» homme , ni ses intérêts comme
» étrangers » : il s’éleva dans I’amphi»
théâtre un aplaudifîement universeî.
II ne se trouva pas un seul homme
dans une afîemblée si nombreuse ,
composée deRomains ôcdesEnvoyés
de toutes les nations déja soumises
ou alliées à leur Empire , qui ne pa-
rût sensiblement touché, attendri ,
pénétré. Or, que nous apprend un
Partie Ia G
loading ...