André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 75
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0093
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0093
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R 'L E E 'eAU. 7Ç
cela peut-être je lui dirois bien pour
qiioi il y est sourd.

Conclusion par conséquent évi»
dente , que de même qn’il y a dans
nos espriîs un ordre d’idées , qui est
la regle de nos devoirs essentiels par
rapport aux trois genres d’êtres , que
nous connoissons dans l’Univers , il
y a aussi dans nos cœurs un ordre de
sentimens , qui est la regle de nos
devoirs naturels par rapport aux
autres hommes , -selon Ies divers dé-
grés d’union ou d’affinité que la Pro^
vidence nous a donnés avec eux.

Je sçais , Messieurs , que ces pre-
miers sentimens de la nature , quoi-
que beaux , quoique délicieux mê-
me , quoiqu’ineffaçables de notre
cœur, y trouvent néanmoins de cruels
ennemis à combattre ; je veux dire ,
des passions rébelles qui semblent
nées pour le malheur du genre hu-

Gij
loading ...