André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 101
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0119
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0119
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V A L È B È A Ü. lotf
pens de leiir propre vie. Poiisquoi s
au setil nom de la paix , que notre
grand Monarque vient de nous pro-
curer', * voyons nous la joie par-
tout répariduë ? Elle nous annonce
Punion & la concorde. Mais au con-
traire , pourquoi Ia guerre Ia plus
juste nous paroît-elle toujours urt
sséau si terrible ? Elle rompt l’unité
du genre humain.

II riie seroit aisé de poussër plus
loin cette induftion , en citant l’urt
âprès l’autre tous les jugemens de
la nature, pour démontrer Ie grand
principe que nous avons adopté de
Saint Augustin : Que dans le moral 3 -

comrne dans le phyjique, cesl toujours
une efpece d'iinuè qui ccnfitue la formc
du Beau. Mais je crois en avoir afîez
dit, & je finis en rafîemblant toua
les traits du beau nioral dans une

*En i-jje.

lüj
loading ...