André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 102
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0120
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0120
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
302 E S S A l

peinture sensible , que semprunte
d’un ancien Philosophe, pour faire
voir que tout ce que j’en ai dit de
plus fort, ne passe pas les lumieres
de la raison naturelle. On recon-
noîtra aisémentSenéqueàsa maniere
de peindre , forte , vive , noble r
hardie, qui va quelquefois au-delà
du but, mais qu’il esi; façile d’y
ramener.

Voulons - nous , dit-ii, nous tirer
de cette bassesse de mœurs si com-
ïnune dans le monde ? * Elevons
d’abord nos idées. Considerons-nous
dans l’Univers , comme habitant
deux grandes républiques : l’une im-
mense , & véritablement publique ,
celle qui embrasse tous les Etres so-
ciables , Dieu, & les hommes :
l’autre plus bornée dans son contour,
celle où la Providence nous a, pous

* Scn- De otioSap. c, jx.
loading ...