André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 107
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0125
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0125
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B E A U, lùÿ
animo sulciens corpus. Et quand la
Providence me viendra redemànder
la vie qu’elle m’a donnée , je tâ-
cherai , par le bon usage de ses
dons , de la Iui rendre meiileure
que je ne l’avois reçue , en prenant
tout l’Univers à témoin, que si je
n’ai point été Vertueux , j’ai du
moins aimé la vertu, que j’ai rempll
mes jours d’occupations utiles , ôg
qu’en conservant ma liberté , j’ai
toujours eu soin de respester celle
des autres. Quandoque auum natura
spiritum repetet, tejiatus exibo, bonam
me confcientiam amajse , bona studia
nullius per me libertatem imminutam ,
minime meam.

C’est , Mestieurs , l’idée qu’avoit
du beau dans les mœurs , un Philo-y
sophe qui n’avoit pour guide que Ic
bons sens naturel , & encore bien
obscurci par les ténebres de son
loading ...