André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 111
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0129
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0129
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B EAU. Iïï
ou prendre Fessor, se.îon la nature
des sujets. En un mot, Messienrs ,
ie public s’obssine à vous demander
Ai beait dans toutes vos produûions
académiques. Le fait est certain.

La question est de sçavoir , quel
est l’objet de sa demande ? Ce qu’il
entend , ou plutôt , pour traiter la
jnatiere à fond, ce qu’on doit en-
tendre par ce qu’on appelle beau
dans les ouvrages d’esprit ? Quel
en est la nature en général ? combien
, II y en a de sortes ? à quels traits
on les peut reconnoître, pour les
distribuer chacune dans sa classe par-
ticuliere ? enfin, quelle est Ia forme
précise du beau dans le total d’une

composition ?

Voilà bien de la matiere pourun
setd Discours. Mais je parle dans une
Académie dont la pénétration m’é-
pargnera la iongueur des raiso.a«
loading ...