André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 116
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0134
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0134
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
n 6 E s s â l

organes du corps , mais ce qui A
droit de plaire à la raison & à la
réssexion par son excellence propre ,
par sa Iumiere ou par sa justesse,

£i l’on me permet ce terme , par soa
agrément intrinseque.

C’efl: l’iclée générale du beau spi-
rituel dont il efl question. Rendons-
la plus sensible en la développant.

Je diflingue ici , comme dans le3
deux premiers Discours, trois sortes
de beau : un beau elsentiel , qui
plaît à l’esprit pur, indépendamment
de toute institution, même divine :
«n beau naturel, qui plaît à l’esprit
cn tant qu’uni au corps , indépen-
damment de nos opinions & de nos
goûts, mais avec une dépendance
nécessaire des loix du Créateur, qui
font l’ordre de Ia nature : un beati
arbitraire , si j’ose ainsi parler, ou,
si l’on veut, un beau artificiel, qui
loading ...