André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 125
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0143
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0143
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B EA U. ïiÿ
Iniaginer, qui croient ne rien con-
noître que ce qu’ils peuvent sentir,
qui ne se Iaissent persuader que par
des mouvemens qui Ies transportent ;
en un mot, à des hommes qui se
dégoûtent bientôt d’un discours qui
ne dit rien à l’imagination ni au coeur„
Quoique peut-être il seroit à sou-
haiter que notre goût fî.t un peu
plus dégagé du commerce des sens ,
j’avoue que cette disposuion ne m’é-
tonne pas. L’imagination & le cceur
sont des facultés aussi naturelles à
l’homme , que i’espr t Sc Ia raison.
II a même pour elles une prédiledion
qui n’est que trop marquée. Peut-cn
espérer de lui plaire sans leur pré-
senter le genre de beau qui leur coir
vient,soit à chacune en particulier,
soit au compoié qui résulte de leur
assemblage ?

II faut donc , dans un discours ?

L iij
loading ...