André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 133
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0151
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0151
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B EA U. 133
pelle feu , enthousiasme , sureur
divine , sans laquelle , disent les
Maîtres de i’art, il n’y eut jamais
ni véritable éloquenee , ni véritable
poësie. Tel efi: le beau que nous
concevons dans les mouvemens qui
doivent animer un Auteur dans la
eomposition.

Je parcours, Meffieurs , ces ma-
tieres , plûtôt que je ne les traite ,
sans m’arrêter à prouver des choses
que tout le monde sent. Mais nous
ne devons pas oublier une obser*
vation importante. Afin que les
images , les sentimens , les mou-
vemens pathétiques forment dans
un ouvrage d’esprit un beau véri-
table , il fant qu’ils y conviennent ;
il faut que ces ornemens naturels du
discours se trouvent appliqués sur
un fond qui en scit digne , ou du
moins ? qui n’en soit pas indigne pay
loading ...