André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 134
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0152
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0152
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
134 E s s A i

quelque difformité choquante. Car
certainement, l’Auteur de la nature
n’a point formé les graces pour parer
îa laxdeur. C’est un principe incon-
testable , & la conséquence que j’en
veux tirer ne l’est pas moins. Le
beau essentiel du discours dont nous
avons d’abord parlé, doit donc être
indispensablement le fond du beau
naturel dont nous parlons. La vérité,
l’ordre , l’honnête & le décent sont
des beautés nécessaires que les ima-
ges , les sentimens, Ies mouvemens
pathétiques ne doivent jamais perdre
de vue. Or, je le demande , que
s’ensuit-il de là ? Nos principes sont
établis. Ne craignons pas de con-
clure. Donc, à proprement parler,
les images ne sont belles dans un
discours , qu’autant qu’elles parent
îa vérité. Les sentimens n’y sont
fceaux , qu’autant qu’ils ont pour
loading ...