André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 140
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0158
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0158
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
140 E s s A i

C’est elle quiporte nos pensées dans
l’esprit des autres avec toute la fidé»
lité que demande le commerce de
la parole. II y a même des sciences ,
cornme la Mathématique, l’Histoire,
la Philosophie , qui n’exigent dans
les termes que cette seule beauté.
Mais ii y a ausïl des sujets , où les
personnes d’esprit, & qui est - ce
aujourd’hui qui ne s’en pique pas ?
ne peuvent souffrir qu’on leur parle
d’une maniere qui ne Ieur laisse
rien à deviner. Ils vous entendent
à demi-mot dans un discours de
morale ou de mœurs. C’ess donc
alors une espece de beauté dans
l’expression , de ne leur en dire.
qu’autant qu’il en faut, pour leur
donner le plaisir de supléer le reste ;
sur-tout quand on traite certaines
matieres délicates, oii la vérité ne
doit jamais paroître que voilée. Ln
loading ...