André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 176
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0194
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0194
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
176 E S S A i

laquelle comme vous le voyez ,
renferme dans son étendue tous les
autres intervalles.

19. Que st l’on veut pousserplus
loin cette suite harmonique, en mon-
tant du second ut à un troisiéme ,
d’un troisiéme à un quatriéme, &c.
on appellera les notes interposées
de Pun à J’autre , neuviéme , dixié-
me , onxiéme , &c. du nom de leur
rang numérique. On a remarqué en
effet, que la voix humaine après s’ê-
tre élevée à Poftave d’un ton , peut
encore s’élever à Poûave de cette
oûave , & queiquefois même au de.
là : c’est ce qu’on appelle son étendue.
Hifï. Acad. 1700./’. 2.61. Mim &c.

30. Que le son n’est grave 011 aigu
que par comparaison ; qu’ilfaut deux
sons différens , Pun grave, & Pautre
aigu, pour saire un ton ; deux tons
pour faire une consonance', deux
loading ...