André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 180
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0198
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0198
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
ï8o E s s a i

représenter à l’esprir avec toute Tq
précision que demande une science
véritable. Enfin , cle ces nombres i
qu’on appelle sonores à cause de cet
usage , elle forme des proportions
& des progressions harmoniques ,
pour mettre tout en regle dans ses
compositions. Ainsi , nous pouvons
encore la définir sous ce regard , la
géométrie des sons.

La fin de la Musique est double l
comme son objet. Elle veut plaire à
l’oreille, qui est son juge naturel.
Elle veut plaire à la raison , quî
préside essentiellement aux jugemens
de l’oreille. Et, par le plaisir qu’elle
cause à l’une & à l’autre, elle veut
exciter dans l’ame les mouvemens
les plus capables de ravir toutes ses
facultés. Un ancien Auteur , nommé
Aristides , fameux par un excellent
traité de Musique, Iui donne une fin
loading ...