André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 192
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0210
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0210
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
lÿl E S S A 1

très-habils dans son art, il ne prit
pas garde, qu’à sorce de piquer , on
blesse. II prodigua trop le fel des dis-
sonances , & on Faccufa bientôt
d’ayoir cherché à piaire à l’oreille
aux dépens de la raison : ce qui dé-
plut aux sages d’Athènes , où la Mu-
sique faisant partie de l’éducàtion des
enfans , on jugea qu’il étoit à crain-
dre que la licence musicale n’inssuât
trop de liberté dans les moeurs de la
jeunesse. II fallut donc tempérer ce
tempérament rnême, en le réduisant
à des bornes où la justesse ne fut pas
trop sensiblement violée.

Ptolomée * parmi les Anciens tâ-
cha de le re&ifier par de nouvelles
régles. Zarlin parmi les modernes**,
y réussit encore mieux dans ses ins»
titutions harmoniques, Ouvrage le
plus rempli que nous ayons sur les

* I/an de N. S. 14&,

iUatïere«|
loading ...