André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 194
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0212
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0212
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
194 E s s a i

teinte aux révolutions de la fortune,
Mais ne dirons - nous rien de la
fameuse querelle entre les partisans
de l’ancienne Musique , &c ceux de
la moderne? Cette question n’entre
pas dans mon dessein. Cependant,
si après avoir lû tous les Auteurs
que j’ai pû trouver sur la Musique,
depuis Aristoxene jusqu’à Monsieur
Rameau, il m’étoit seulement per-
mis de dire l’impression qui m’en efl:
restée, je la rendrois en trois mots.
Les Anciens sont les peres de la
Musique : ils en ont établi tous les
principes ; & par le goût musical
que leurs Ouvrages ont répandu de
siécle en siécle, ils ont produit dans
le nôtre des enfans , dont il m’a
paru que la plûpart ne connoiiTent
pas leurs peres : &c que d’autres
encore plus ingrats refusent de les
reconnoître.
loading ...