André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 195
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0213
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0213
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S U R L E B E A U. î 95
la question d’ailleurs n’est pas
fort importante , ni même trop rai-
sonnable. Nous n’avons plus les pié-
ces musicales des Anciens, où ap-
paremment le génie & le goût ré-
pandoient des graces, que les Li-
vres ne scauroient exprimer. La dis-
pute qui s’éleve depuis quelquetems
sur la préséance entre la Mulique
Italienne & la Musique Françoise,
peut avoir plus de fondement &
d’utilité. Mais je ne sçai si elle fait
plus d’honneur à notre goût. II y a
soixante ans que la Musique Fran-
çoise , qui se contente dans ses cotn-
positions de parer modestement la
nature , l’emportoit sans contradic-
tion sur tous les brillans de la Mu-
sique Italienne. Lulli , quoique Ita-
lien de génie & de naifîance , mais
François d’éducation & de goût ,
t’avoit rendue par-tout viftorieuse,

R ij
loading ...