André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 209
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0227
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0227
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R L E B EA U. 209
Le sçavant Pere Mersenne, son ami,
confirme sa remarque par plusieurs
expériences. Après eux , M. Sau-
veur , fameux Acaclémicien* , dé-
couvrit dans le même son harmo-
nique , dans celui , par exemple ,
de la corde d’un clavecin , deux au-
tres consonances très-agréables , sa
quinte & sa tierce majeure. On les y
distingue si bien toutes trois, quand
on a l’oreille un peu exercée, que
M. Rameau** vient d’en faire le prin-
cipe fondamental de son nouveau
systême de Musique. II en est de
même du son de la voix. II paroît
unique , & il est triple de sa nature :
c’est-à-dire , qu’outre le son princi-
pal, qui est Ie plus grave & Ie do-
minant, iJ porte avec Iui son o&ave ,
sa quinte & sa tierce majeure.

* Hist. de l'Acad. 1701. Mém. p. 199.

,** Rameau , Préj. de sagcnér. harm.

Partk /,

s
loading ...