André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 215
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0233
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0233
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S 1/ R L E B E A V. Î.IÇ
î’espêrance & le désespoir , admi-
ration, terreur, audace, autant que
nous avons de passions différentes ,
autant de sons dans la nature pour
les exprimer & pour les imprimer. Je
vais plus loin.

Ne peut-on pas même ajoûter qu’il
y a une espece de gradation dans les
sentimens qu’ils nous impriment,
selon les diverses qualités des corps
sonores d’où ils partent ? Je veux
dire, selon que les corps qui nous
les envoient sont vivans ou inanimés,
ou, selon que dans Ieur origine ils
ont été animés, ou non. J’en appelle
à l’expérience. N’a-t-on pas souvent
remarqué que le son d’une trom-
pette, d’un hautbois, ou d’une ssûte
qui reçoit son harmonie du souffle
vivant d’un homme, nous pénétre
tout autrement que celui d’un tuyau
d’orgue, qui n’est animé que par le
loading ...