André, Yves Marie  
Essai Sur Le Beau (Band 1) — Paris, 1763 [Cicognara Nr. 1055A]

Seite: 219
DOI Seite: 10.11588/diglit.28206#0237
Zitierlink: i
http://digi.ub.uni-heidelberg.de/diglit/andre1763bd1/0237
Lizenz: Creative Commons - Namensnennung - Weitergabe unter gleichen Bedingungen
facsimile
S V R L E B E A V. îî^
sonores ; qu’il en a ordonné la mar-
che , subordonné les cadences, mar-
qué les tems convenables ; qu’il en
a , pour ainsi dire, noté l’harmonie
fondamentale dans la plupart des
eorps sonans Sc résonnans qui nous
environnent ; qu’il en a lui-même
distingué lesgenres , différencié les
caraderes , assigné à chacune des
parties qui peuvent entrer dans un
concert, son charme, son agrément
propre ; & par conséquent, qu’il y
a un beau musical naturel, qui esi:
arbitraire par rapport à Iui , mais
qui, dans tout ce qu’il en a voulil
déterminer , est absolument néces-
saire par rapport à nous. C’est Ia
seconde proposition que j’avois en-
trepris de prouver.

Mais quoi ! Ne faudra-t-il
donc rien abandonner à la discré-
lion du Musicien, rien à la liberté

Ti;
loading ...